UFC-Que Choisir des Pyrénées-Orientales

Alimentation

Pesticides toxiques pour les abeilles. Pas de baisse des ventes malgré l’interdiction !

Pesticides toxiques pour les abeilles. Pas de baisse des ventes malgré l’interdiction !

Pesticides toxiques pour les abeilles. Pas de baisse des ventes malgré l’interdiction !

Interdits depuis fin 2013 par un moratoire européen sur une partie des cultures, les insecticides les plus toxiques pour les abeilles se vendent toujours autant. Une interdiction pure et simple s’impose.

Pas de baisse des ventes malgré l’interdiction !

Les pesticides d’enrobage des semences sont sur la sellette depuis des années. Officiellement reconnus toxiques pour les abeilles, les plus utilisés font l’objet d’un moratoire européen depuis fin 2013. Trois pesticides de cette famille des néonicotinoïdes sont interdits sur les cultures réputées attirer les pollinisateurs. Il s’agit de l’imidaclopride, de la clothianidine et du thiaméthoxame.

En bonne logique, les ventes de néonicotinoïdes auraient donc dû plonger depuis 3 ans. Or il n’en est rien. Si l’on en juge par les chiffres que l’Unaf, l’Union nationale de l’apiculture française, vient d’obtenir auprès du ministère de l’Agriculture, c’est même l’inverse. Loin de chuter, les ventes de néonicotinoïdes ont augmenté de 4 % en France.

En dépit de son interdiction sur de nombreuses cultures, l’imidaclopride se vend toujours aussi bien. Les céréales à paille y recourent à elles seules autant que l’ensemble des cultures avant le moratoire ! C’est une catastrophe pour les abeilles, mais pas seulement. L’imidaclopride est en effet l’insecticide qui contamine le plus les cours d’eau.

Quant aux deux autres bannis, si leur usage a fortement diminué, il s’est intégralement reporté sur le thiaclopride, un autre insecticide de cette même famille des néonicotinoïdes. Il n’y a pas de quoi se réjouir, d’autant que cette molécule est soupçonnée d’être un perturbateur endocrinien.

On ne peut donc que se réjouir de la décision prise par la France d’interdire tous les néonicotinoïdes en 2018, et souhaiter que l’Europe entière lui emboîte le pas au plus vite.

Élisabeth Chesnais

echesnais@quechoisir.org