UFC-Que Choisir des Pyrénées-Orientales

Maison

Matelas. Les mousses contaminées sans risques pour la santé

Matelas. Les mousses contaminées sans risques pour la santé

Matelas. Les mousses contaminées sans risques pour la santé

Les professionnels de la literie sont soulagés. L’Agence nationale de sécurité sanitaire, l’Anses, assure que les matelas contenant des mousses contaminées ne présentent pas de risques pour la santé des consommateurs. Mais cela n’enlève rien à leur non-conformité.

Matelas Les mousses contaminées sans risques pour la santé

 Saisie en urgence le 20 octobre dernier par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), qui lui demandait une « évaluation des risques sanitaires pour les consommateurs liés à la présence de dichlorobenzène dans des mousses polyuréthane », l’Anses vient de rendre un avis rassurant. L’utilisation de matelas fabriqués avec des mousses contaminées « ne présente pas de risque attendu pour la santé des consommateurs », y compris sur la base des « scénarios pire-cas » considérés, assure l’Agence. Elle précise toutefois qu’elle s’est fondée sur les résultats d’analyse fournis par BASF, géant de la chimie, et par des industriels de la literie, ne disposant pas d’informations supplémentaires.

La DGCCRF s’est aussitôt saisie de ces conclusions rassurantes pour affirmer qu’il « n’y a pas lieu de maintenir le retrait des mousses et produits finis fabriqués avec la matière première défectueuse ».

Autrement dit les affaires peuvent reprendre comme s’il ne s’était jamais rien passé, les consommateurs peuvent garder leurs matelas aux mousses défectueuses, ou acheter ceux qui reviennent sur le marché après avoir été stockés pour cause d’alerte à la contamination ! Une décision ahurissante. Il est en effet avéré que BASF a produit et commercialisé une matière première contaminée par le dichlorobenzène à des teneurs plus qu’anormales, jusqu’à 500 ppm, alors que son propre niveau de qualité acceptable est de 3 ppm ! Rappelons qu’il s’agit d’une substance classée cancérogène possible, interdite depuis 2008 dans les produits antimites, les insecticides et les répulsifs.

C’est d’ailleurs BASF lui-même qui a alerté ses clients début octobre. L’industriel leur a demandé de ne pas utiliser sa matière première contaminée et a annoncé prendre en charge l’élimination des mousses fabriquées avec.

Que Choisir avait aussitôt alerté les consommateurs en leur conseillant vivement de reporter leur achat de matelas dans l’attente d’une publication de la liste des produits concernés.

NI RETRAIT NI RAPPEL DE MATELAS

On sait maintenant que la DGCCRF ne publiera jamais cette liste, et qu’il n’y a manifestement pas de risques pour la santé. Néanmoins, tous les matelas produits depuis le 25 août sont potentiellement à base de ces mousses. Qu’il s’agisse de modèles en mousse, à ressorts, à mémoire de forme ou autres, ils en contiennent toujours.

La DGCCRF précise d’ailleurs que ces mousses contaminées ne répondent pas aux exigences des labels Certipur et Oeko-tex. Puisque les professionnels et les autorités ont opté pour l’opacité et la non-information des consommateurs, Que Choisir recommande à nouveau de reporter son achat de matelas, tant que l’absence d’emploi de ces mousses ne sera pas garantie.

Élisabeth Chesnais

Contacter l’auteur(e)