UFC-Que Choisir des Pyrénées-Orientales

Environnement Energie

Compteur Linky. La Cour des comptes très critique

Compteur Linky. La Cour des comptes très critique

Compteur Linky. La Cour des comptes très critique

Le déploiement massif du compteur électrique Linky représente une bonne affaire pour Enedis (ex-ERDF), et les consommateurs en sont les grands perdants. Voilà le résumé que nous inspire le rapport très critique de la Cour des comptes sur le compteur Linky… Explications.

Compteur Linky La Cour des comptes très critique

« Un dispositif coûteux pour le consommateur, mais avantageux pour Enedis », assène la Cour des comptes. Si le coût effectif total de la mise en œuvre des compteurs (5,7 milliards d’euros) est couvert dans « des conditions avantageuses pour Enedis, le financement est assuré par les usagers. […] Les conditions de rémunération d’Enedis sont généreuses et devraient être revues »,affirme le rapport.

Dans le détail, Enedis bénéficie d’un double bonus. D’une part, un « différé tarifaire au coût excessif », qui devrait dans la durée provoquer un surcoût de 1 milliard d’euros à la charge des usagers. D’autre part, des « incitations généreuses à respecter les coûts prévisionnels et les délais de déploiement », qui garantissent un joli pactole au gestionnaire de réseau, toujours aux dépens des consommateurs.

Face à ces avantages considérables consentis à Enedis, les ménages apparaissent comme les grands oubliés du dispositif Linky qu’ils financent. Un comble !

« Les gains que les compteurs peuvent apporter aux consommateurs sont encore insuffisants. Ce sont pourtant eux qui justifient l’importance de l’investissement réalisé », déplore la Cour des comptes. Alors que la maîtrise de la demande d’énergie peut conduire à une réduction des factures d’électricité des ménages, elle ne semble pas avoir été placée au centre du dispositif. « La connaissance par l’usager de sa consommation d’électricité à un laps de temps suffisamment court constitue un prérequis à la mise en place de toute action de maîtrise de la consommation d’énergie à un niveau individuel », souligne le rapport, qui reprend là un long combat mené par l’UFC-Que Choisir, soutenu un temps par l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie)… sans aucun succès face au tout-puissant lobby de l’électricité.

La Cour des comptes sera-telle mieux entendue des pouvoirs publics que l’UFC-Que Choisir ? À en juger par la première réaction de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), c’est mal parti. La Haute Autorité du secteur juge en effet que « le cadre de régulation incite Enedis à réussir le projet et à éviter toute dérive ». De son côté, le ministre de la Transition écologique dit partager « le constat de la Cour des comptes sur le besoin d’une meilleure communication autour du projet et des fonctionnalités du compteur communicant ». Pas vraiment de quoi rassurer les consommateurs qui financent le dispositif Linky sans aucune contrepartie…

Élisabeth Chesnais

Contacter l’auteur(e)