UFC-Que Choisir des Pyrénées-Orientales

high-tech, internet

Escroquerie en ligne. Déjouez l’arnaque au faux support technique

Escroquerie en ligne. Déjouez l’arnaque au faux support technique

Escroquerie en ligne. Déjouez l’arnaque au faux support technique

Des internautes ont été incités à verser plusieurs centaines d’euros après avoir vu apparaître sur l’écran de leur ordinateur un message leur demandant d’appeler le service technique de Microsoft. Il s’agissait en fait d’une escroquerie bien rodée.

Escroquerie en ligne Déjouez l’arnaque au faux support techniquePlusieurs adhérents à l’UFC-Que Choisir nous ont raconté la même histoire. Alors qu’ils surfaient sur Internet, un message semblant provenir de Microsoft est apparu sur leur écran, indiquant que leur ordinateur était bloqué et qu’ils devaient, pour résoudre le problème, composer un numéro de téléphone. Ceux qui l’ont fait ont abouti sur ce qu’ils pensaient être le support technique de Microsoft. Au bout du fil, la personne, rassurante, affirmait pouvoir les aider à condition qu’ils paient en ligne une somme importante, souvent supérieure à 200 €. Qu’ils aient payé ou non, aucun d’entre eux n’a constaté le moindre changement. Et pour cause, le message ne provenait pas des services de Microsoft et la plateforme vers laquelle il renvoyait était en réalité tenue par de faux réparateurs alléchés uniquement par l’appât du gain.

Si l’arnaque au faux support technique existe depuis plusieurs années, les techniques des escrocs se diversifient. Ainsi, selon le cas, le message peut affirmer que le PC a été infecté par un virus, indiquer qu’un problème de licence est survenu ou proposer d’éradiquer un écran bleu apparu quelques secondes auparavant. Si Microsoft est la société dont l’identité est la plus souvent usurpée, certains escrocs n’hésitent pas à se faire passer pour des éditeurs de logiciels antivirus ou d’autres sociétés connues. Le message lui-même peut varier : il peut, selon les cas, indiquer que l’ordinateur fonctionne mal, assurer que le PC est infecté par un ou plusieurs virus ou expliquer avoir décelé que l’utilisateur s’était rendu sur des sites douteux. Enfin, si la plupart des téléopérateurs ne procèdent à aucune manipulation, certains tentent d’obtenir l’accord de la victime pour installer sur son PC un logiciel qui leur permettra par la suite d’accéder au contenu de l’ordinateur.

UN MESSAGE INQUIÉTANT APPARAÎT ? PAS DE PANIQUE !

Contrairement aux rançongiciels (ou ransomwares) qui s’introduisent le plus souvent sur les ordinateurs par le biais de pièces jointes et qui chiffrent réellement les données qu’ils contiennent, ces messages apparaissent généralement après que l’utilisateur s’est rendu sur un site infecté et, dans la majeure partie des cas, ne bloquent pas vraiment le PC. Alors, si cela vous arrive, pas de panique. Avant tout, essayez de résoudre le problème par vous-même en procédant aux manipulations suivantes.

  • Fermez le navigateur puis relancez-le sans restaurer la session.
  • Si cela ne suffit pas, forcez la fermeture du navigateur. Il suffit pour cela d’appuyer simultanément sur les touches Ctrl, Alt et Suppr, puis d’ouvrir le Gestionnaire de tâches, de choisir le navigateur (Edge ou Explorer, Firefox, Chrome ou un autre) et de cliquer sur « Fin de tâche ». Relancez le navigateur sans restaurer la session, cela devrait fonctionner.
  • Dans le cas contraire, essayez d’accéder à votre antivirus. Si vous y parvenez, lancez un scan complet de votre système.
  • En dernier recours, faites appel au service client officiel de Microsoft (https://support.microsoft.com/fr-fr/contactus/) ou à un réparateur.

VOUS AVEZ PAYÉ ? IL SERA DIFFICILE DE RÉCUPÉRER VOTRE ARGENT…

Ceux qui ont versé l’argent demandé peuvent se tourner vers leur banque pour qu’elle tente de bloquer le paiement (ce qui, dans la pratique, est rarement possible). Dans un tel cas, l’établissement n’est hélas pas tenu de rembourser le montant débité s’il correspond bien à l’ordre de paiement émis (article L.133-23 du code monétaire et financier). Essayez néanmoins de contacter votre banquier ou votre assureur pour savoir si vous êtes couvert pour ce genre d’escroquerie. Vous pouvez aussi porter plainte auprès de la police, de la gendarmerie ou du procureur de la République et dénoncer cette pratique sur la plateforme officielle de signalement du ministère de l’Intérieur (https://internet-signalement.gouv.fr).

Vous trouverez aussi toutes sortes d’informations et de conseils ainsi que les coordonnées de réparateurs certifiés sur le site Cybermalveillance.gouv.fr.