UFC-Que Choisir des Pyrénées-Orientales

Alimentation, Billet du Président

Antibiorésistance. Prescription européenne à la hauteur des enjeux

Antibiorésistance. Prescription européenne à la hauteur des enjeux

Antibiorésistance. Prescription européenne à la hauteur des enjeux

A la veille de la semaine mondiale 2018 pour un bon usage des antibiotiques, je ne pouvais manquer de mettre en lumière le récent vote des députés européens sur les médicaments vétérinaires. Alors que les trop nombreuses prescriptions d’antibiotiques en médecine humaine sont souvent pointées du doigt, n’oublions pas que l’utilisation mal contrôlée d’antibiotiques en élevage représente à elle seule 63% des consommations d’antibiotiques en France. En 2015, elle était encore deux fois plus importante qu’en médecine humaine !

Antibiorésistance Prescription européenne à la hauteur des enjeuxLe texte adopté à Strasbourg le 25 octobre – et qui doit encore être formellement entériné par les Ministres des 28 Etats membres – pose les bases d’une réglementation plus stricte et harmonisée en Europe. La Rapporteur française du dossier, la députée Françoise Grossetête, a ainsi salué « un formidable pas en avant pour la santé publique » qui permettra de « mieux encadrer et de réduire l’usage d’antibiotiques dans les élevages afin d’éviter que des bactéries résistantes se transmettent à l’Homme via l’environnement ou l’alimentation ».

Et force est de constater que plusieurs des demandes formulées par l’UFC-Que Choisir ont enfin été prises en compte. Ainsi, nos appels à l’encadrement de l’administration d’antibiotiques de manière préventive ont été entendus. La nouvelle réglementation  limitera ainsi son utilisation au seul animal, uniquement lorsque cela est pleinement justifié par un vétérinaire et dans les cas où il existe un risque élevé d’infection avec des conséquences graves. Le traitement du troupeau dans son entier, lorsqu’un seul animal montrerait des signes d’infection, s’il n’a pas été interdit, ne pourra avoir lieu qu’après le diagnostic et la justification par un vétérinaire et seulement s’il n’existe aucune alternative.

Mais les bonnes nouvelles ne s’arrêtent pas là. Alors que l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, Alimentation, Environnement, Travail dénonçait déjà en 2016 un doublement de l’utilisation des fluroquinolones et céphalosporines dans les élevages français depuis 1999, les eurodéputés ont pris à bras le corps l’enjeu de la préservation de l’efficacité des antibiotiques en médecine humaine. Une liste d’antibiotiques qui devront être uniquement réservés aux traitements humains sera ainsi publiée sur la base de critères établis par la Commission européenne. Cette interdiction d’utilisation chez les animaux de ces antibiotiques, tout comme l’utilisation d’antibiotiques comme facteurs de croissance s’appliquera de plus à toute importation en provenance de pays tiers. Une réciprocité plus que bienvenue au vu de la multiplication des accords commerciaux hors UE!

 Le Règlement laisse une certaine marge de manœuvre  pour que les États membres aillent au-delà des dispositions européennes dans le cadre de la mise en œuvre d’une politique nationale d’utilisation prudente des antimicrobiens.  Espérons que ce dernier point ne sera pas oublié lors de l’entrée en vigueur du texte en France (prévue fin 2020-début 2021) et que toute mesure plus ambitieuse (par exemple l’interdiction de toute incitation financière à la prescription d’antibiotiques pour les vétérinaires que l’UFC Que Choisir appelle de ses vœux depuis de nombreuses années) sera prise… Dans le cadre de la lutte contre l’antibiorésistance, les surprescriptions par rapport à l’ordonnance européenne sont les bienvenues !

 

Alain Bazot

Président de l’UFC – Que Choisir