UFC-Que Choisir des Pyrénées-Orientales

Auto, Circulation routière

Dépannage sur autoroute (2018). Les tarifs font un bond

Dépannage sur autoroute (2018). Les tarifs font un bond

Depuis le 25 novembre, les tarifs de dépannage et de remorquage sur autoroute et voies rapides sont revus à la hausse. Alors que cette augmentation était d’environ 1 € ces dernières années, celle de cette année dépasse les 2 € pour s’établir à 126,93 €.

Dépannage sur autoroute (2018) Les tarifs font un bondLes tarifs de dépannage et de remorquage sur autoroutes et voies express françaises sont fixés par arrêté du ministère de l’Économie et des finances. L’arrêté du 19 novembre 2018, publié au Journal officiel le 25 novembre 2018, fixe les nouveaux tarifs qui s’accompagnent d’une réelle augmentation. Pour un véhicule dont le PTAC (poids total autorisé en charge) est inférieur ou égal à 1,8 t, le tarif du dépannage/remorquage du véhicule passe ainsi de 124,83 € à 126,93 €. Il est de 156,95 € pour un véhicule dont le PTAC est compris entre 1,8 et 3,5 t. Ces prix forfaitaires concernent le dépannage sur place, le remorquage et le dépannage sur une aire de repos ou de service, le remorquage jusqu’à l’atelier du dépanneur mais aussi le remorquage vers un lieu choisi par l’automobiliste. À noter que le tarif de dépannage est établi pour une durée d’intervention maximale de 30 minutes et que celui du remorquage est fixé pour un forfait de 5 km. Le temps et les kilomètres supplémentaires, ainsi que la fourniture éventuelle de pièces, seront facturés au tarif de l’entreprise. Dans ce cas, l’automobiliste doit au préalable être informé des conditions tarifaires de cette entreprise. Ces coûts sont majorés de 50 % (soit respectivement 190,40 et 235,43 €) pour les appels passés entre 18 h et 8 h tous les jours ainsi que les samedis, dimanches et les jours fériés. Pour contacter un dépanneur agréé, il suffit de composer le 112 (pour les sourds et/ou muets, il est possible de contacter le 114 par SMS) ou d’utiliser une borne d’appel d’urgence.

DÉPANNEURS AGRÉÉS ET RECOURS

Seules les entreprises agréées sont habilitées à intervenir sur les autoroutes ou routes express. Pour obtenir cet agrément, les dépanneurs doivent satisfaire à plusieurs conditions comme disposer d’un garage à proximité des accès de l’autoroute ; assurer une permanence téléphonique 24 h/24 ; disposer d’un matériel suffisant pour évacuer le véhicule et ses occupants ; disposer d’un personnel qualifié en matière de dépannage et de remorquage ; être en mesure d’assurer dans de bonnes conditions l’accueil et l’orientation de l’automobiliste (local d’attente, poste téléphonique, démarches auprès de l’assistance, le cas échéant recherche d’un taxi, d’un hôtel, etc.). Enfin, le dépanneur est tenu d’afficher les tarifs de dépannage (forfaits, suppléments) de manière visible et lisible dans son véhicule d’intervention. Il doit également fournir une facture détaillée des prestations fournies. Cet agrément peut être suspendu, voire définitivement retiré, notamment en cas de plaintes trop nombreuses. Il est ainsi possible, en cas de litige, de contacter la Cellule nationale des contrôles sur autoroutes dépendante du Service national des enquêtes par courrier (59 boulevard Vincent Auriol Télédoc 032 75703 PARIS cedex 13) ou par courriel à l’adresse sne@dgccrf.finances.gouv.fr.

LES BONNES PRATIQUES EN CAS DE PANNE

En cas de panne, notamment sur autoroute, il est important de respecter certaines règles afin d’attendre le dépanneur en toute sécurité :

  • Placez votre véhicule sur la bande d’arrêt d’urgence, le plus à droite possible et allumez les feux de détresse.
  • Avant de sortir du véhicule immobilisé, mettez votre gilet de sécurité. À noter que, depuis 2008, le triangle de présignalisation et le gilet de sécurité sont obligatoires en France à bord de tout véhicule. Tous deux doivent être homologués. Les gilets de sécurité doivent être fluorescents, comporter un marquage « CE » ainsi qu’une référence à l’une des deux normes applicables (EN 471 ou EN 1150).
  • Positionnez le triangle de signalisation si cela ne présente pas de risque. Toutefois, ce dernier n’est pas obligatoire si le véhicule est immobilisé sur la bande d’arrêt d’urgence (BAU), qui ne fait pas partie de la chaussée.
  • Important : En règle générale, la mise en place du triangle n’est pas obligatoire lorsque sa pose, sur tout type de route, constitue une mise en danger de la vie du conducteur. C’est à lui d’évaluer la situation.
  • Ne restez pas sur la bande d’arrêt d’urgence, même à l’intérieur du véhicule, mais placez-vous derrière la glissière, suffisamment en amont.