UFC-Que Choisir des Pyrénées-Orientales

Auto

Oscaro.com. Une dernière chance de réagir

Oscaro.com. Une dernière chance de réagir

Alors que la situation des clients d’Oscaro.com ne s’améliore pas, l’UFC-Que Choisir vient de mettre en demeure le vendeur de pièces détachées automobiles de respecter ses obligations légales. Si rien n’est fait pour y remédier rapidement, une action en justice pourrait être entamée.

Oscaro.com Une dernière chance de réagirAprès avoir fait l’objet de rumeurs sur sa faillite et avoir annoncé une augmentation de son capital, la société Oscaro.com avait promis de faire de la qualité de service sa grande priorité. Deux mois après cet épisode, force est de constater qu’on en est très loin. Les clients mécontents continuent à témoigner sur notre forum et à demander de l’aide à nos associations locales pour résoudre le litige qui les oppose au vendeur en ligne de pièces détachées automobiles. Nombreux sont ceux qui racontent n’avoir jamais reçu la commande qu’ils avaient passée ou expliquent ne pas avoir réussi à obtenir le remboursement des sommes qu’ils avaient versées après une non-livraison ou suite à une rétractation.

Face à cette situation, l’UFC-Que Choisir a décidé de passer à la vitesse supérieure. Il y a quelques jours, notre service juridique a fait parvenir à la société Oscaro.com un courrier recommandé la mettant en demeure de respecter l’obligation légale qui lui est faite de rembourser « au plus tard dans les 14 jours » ses clients en cas d’absence de livraison (article L. 216-3 du code de la consommation) ou en cas de rétractation (article L. 221-24). Il lui est également rappelé qu’en cas de non-respect de ces délais, elle s’expose à une majoration des remboursements (1) voire à une amende administrative pouvant aller jusqu’à 75 000 euros (article L. 242-13).

Sans précision d’Oscaro sous 15 jours sur les mesures concrètes qu’elle entend prendre pour résoudre ces litiges et améliorer réellement le service aux clients, l’UFC-Que Choisir ne manquera pas d’alerter la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Bien sûr, elle se réserve aussi le droit de prendre des mesures plus coercitives pour qu’enfin Oscaro.com respecte ses clients.

(1) +10 % si le remboursement intervient dans les 30 jours suivant les 14 jours prévus, +20 % jusqu’à 60 jours et +50 % au-delà (article L. 241-4 du code de la consommation.